fortifier


fortifier

fortifier [ fɔrtifje ] v. tr. <conjug. : 7>
• 1308; lat. fortificare, de fortis 1. fort
1Rendre fort, vigoureux; donner plus de force à. L'exercice fortifie le corps. développer. « marcher sur les mains pour se fortifier les poignets » (Goncourt). « Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie » (Baudelaire). Absolt Nourriture, régime, remède qui fortifie. réconforter, soutenir; fortifiant.
Donner de la solidité à. consolider , renforcer. Pilier qui fortifie une construction. étayer, soutenir.
2Fig. Fortifier son âme, sa volonté. durcir, tremper . Le temps fortifie l'amitié. augmenter , renforcer. « Ces sortes de rancunes que le temps fortifie » (F. Mauriac). Mon premier entretien « fortifia l'impression que, avant de le connaître, j'avais eue en l'apercevant au café » (G. Lecomte ). appuyer, confirmer, conforter. « Loin de le rendre raisonnable, mes discours fortifiaient ce jeune seigneur dans son obstination » (France). encourager.
3Munir d'ouvrages de défense. armer. P. p. adj. Côte fortifiée. Ville fortifiée (opposé à ville ouverte) . bastide, citadelle, 3. fort.
Pronom. S'abriter derrière des fortifications. se retrancher.
⊗ CONTR. Affaiblir, débiliter, consumer, réduire, ruiner.

fortifier verbe transitif (latin fortificare, rendre plus fort) Entourer une ville, un lieu de fortifications, d'ouvrages de défense. Développer la force, la résistance physique de quelqu'un ; lui redonner de la force physique : L'exercice physique fortifie les muscles. Conforter quelqu'un dans sa position, faire qu'il se sente encore plus sûr de lui : Cette attitude n'a fait que me fortifier dans mon opinion sur lui. Rendre quelque chose plus solide : Un argument qui fortifie sa résolution.fortifier (synonymes) verbe transitif (latin fortificare, rendre plus fort) Développer la force, la résistance physique de quelqu'un ; lui redonner...
Synonymes :
- développer
- retaper (familier)
Contraires :
- anémier
- débiliter
- épuiser
Conforter quelqu'un dans sa position, faire qu'il se sente encore...
Synonymes :
Contraires :
- démolir
Rendre quelque chose plus solide
Synonymes :
- étayer
Contraires :
- démolir

fortifier
v.
rI./r v. tr.
d1./d Donner plus de force à. Fortifier le corps et l'âme.
d2./d Rendre plus fort, plus assuré. Son attitude fortifie mes soupçons. Syn. renforcer.
d3./d Entourer d'ouvrages défensifs.
Pp. Ville fortifiée.
rII./r v. Pron.
d1./d Devenir plus fort.
d2./d Se protéger par des fortifications.

⇒FORTIFIER, verbe trans.
Rendre fort ou plus fort.
A.— Domaine concr.
1. [L'obj. désigne un animé, une partie du corps, un organe] Accroître la vigueur, la puissance physique ou la résistance. Fortifier le corps, le dos; fortifier le cœur, le poumon; fortifier la voix. Une fois que l'enfant [spartiate] commence à marcher (...) on le fortifie avec méthode (TAINE, Philos. art, t. 2, 1865, p. 188). Il faudrait lui fortifier l'estomac, lui enseigner à la façon des anciens Romains les lois de la santé (POURRAT, Gaspard, 1931, p. 104) :
1. Voici une liqueur [le vin] qui active la digestion, fortifie les muscles, et enrichit le sang. Prise en grande quantité même, elle ne cause que des désordres assez courts.
BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 342.
Emploi pronom.
réfl. Chaque organe peut se fortifier ou s'affaiblir (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 10). Une personne de santé délicate qui à partir d'un certain moment se fortifie, engraisse, et semble pendant quelque temps s'acheminer vers une complète guérison (PROUST, Swann, 1913, p. 304).
réfl. indir. Les enfants de la « race nouvelle » tout en s'amusant, s'instruisant de droite à gauche, se fortifiant les poumons, nous fourniraient avec joie une main-d'œuvre toute spontanée! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 592).
2. [L'obj. désigne une chose]
a) Augmenter la solidité, la résistance. Synon. consolider, renforcer. Fortifier des piliers. Il [le duc] était machiniste à présent, pour bâtir et fortifier le caveau de l'hôtel Beaujon, où ses trésors seraient enfermés (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 93).
Spéc. Munir d'ouvrages de défense. Fortifier un camp, une place, une position, une ville. Les républicains arrivèrent à construire sous le feu une ligne de défense, et à fortifier leurs flancs (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 801).
Emploi pronom. réfl. Se protéger par des ouvrages de fortifications. La 6e armée se fortifiait sur le front Mareil-en-France, Dammartin, Montgé (JOFFRE, Mém., t. 1, 1914, p. 380) :
2. Paris a dû faire craquer sciemment, une à une, les enceintes dont il s'est successivement fortifié, depuis les tours de Philippe-Auguste jusqu'aux forts de Joffre.
MORAND, Londres, 1933, p. 328.
b) Vieilli. Rendre plus intense, plus marqué. Fortifier les teintes, les touches (Ac. 1798-1878). Par combien de retouches il faut fortifier cette ombre! (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 321).
c) Rendre (un repas) plus consistant, plus réconfortant, élever le degré alcoolique (d'une boisson). Synon. corser. Pour me prémunir contre l'envie de dormir, je fortifiai mon dîner de deux grandes tasses de café, également fort et parfumé (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 112). C'est [le poiré] une boisson plus rafraîchissante que le vin, pendant les moissons. — Et plus saine que la bière, ajouta Kobus. On n'a pas besoin de la fortifier, ni de l'étendre d'eau, c'est une boisson naturelle (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 46).
B.— Au fig.
1. Fortifier qqn. Accroître son courage, son énergie, sa fermeté morale. Je voudrais te soutenir, te fortifier, te communiquer cette absolue indifférence pour tous les examens, concours, étiquetages (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1906, p. 93) :
3. Il regarda M. Lantaigne. La douceur résolue, la tranquillité ferme, la quiétude de cet homme le révoltèrent. Soudain, un sentiment naquit et grandit en lui, le soutint et le fortifia, la haine du prêtre, une haine impérissable et féconde, une haine à remplir toute la vie.
FRANCE, Orme, 1897, p. 21.
Absol. J'invoquai avec élancement celui qui fortifie et qui attendrit (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 245).
[Suivi d'un compl. prép.] Fortifier qqn de qqc., contre qqc. Tous les sentiments dont on les a fortifiées [certaines femmes] jusqu'alors viennent se grouper autour d'elles et demandent un sursis à la réalité (DUMAS fils, Ami femmes, 1864, IV, 9, p. 173).
Fortifier qqn dans qqc. Le rendre plus ferme, plus assuré dans (une attitude intellectuelle ou morale). Fortifier qqn dans une certitude, dans une décision, dans une résolution. — Elle est persuadée qu'elle a un esprit d'enfer. Tous ses auteurs et votre mari en particulier, la fortifient dans cette erreur (L. DAUDET, Mésentente, 1911, p. 92).
Emploi pronom. réfl. De bonne heure, Marc tint un journal intime de son état intérieur. Il y inscrivait (...) les maximes auxquelles il recourait pour se fortifier (RENAN, Marc-Aurèle, 1881, p. 258) :
4. De tous côtés le désir apparaît de se mieux pénétrer de la doctrine de l'église, si misérablement ignorée de tant de baptisés, et de se fortifier contre l'erreur innombrable par une sérieuse formation philosophique et théologique.
MARITAIN, Primauté spirit., 1927, p. 174.
En partic. Se fortifier dans (une discipline, un objet d'étude). Devenir plus expérimenté, progresser. À Vienne (...) je pourrai me fortifier dans la prononciation allemande (NERVAL, Corresp., 1830-55, p. 55).
Emploi pronom. réciproque. De tout temps et dans tous les pays il a existé des associations secrètes, dont les membres avoient pour but de se fortifier mutuellement dans la croyance à la spiritualité de l'âme (STAËL, Allemagne, t. 4, 1810, p. 148).
2. Fortifier qqc.
a) Rendre plus puissant, plus efficace.
[L'obj. désigne une faculté, une opération ou une production de l'esprit] Fortifier l'intelligence, les facultés, le jugement; fortifier une argumentation, une preuve, des conclusions. Le travail fortifie l'esprit. Je ne sais si la prière trop extatique ne l'affaiblit pas comme la rêverie mélancolique (VIGNY, Journal poète, 1833, p. 990). J'y ai entièrement refondu, augmenté, adouci un peu, et je crois fortifié mon article sur Auguste (J.-J. AMPÈRE, Corresp., 1856, p. 314) :
5. ... un chef d'unité, durant une partie au moins de sa carrière professionnelle, améliore vraisemblablement son pouvoir de combinaison et peut-être son aptitude à imaginer des schèmes nouveaux (...) ainsi l'aptitude à créer du chef d'unité est dynamiquement fortifiée.
PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 447.
[L'obj. désigne un collectif ou est un mot abstr. impliquant ou exprimant un pouvoir matériel] Fortifier un gouvernement, un parti; fortifier le parlement, l'armée; fortifier son autorité, son pouvoir (Ac. 1932). Il fortifiait l'usine par une administration très sage (ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 8) :
6. Alors le gouvernement dut s'apercevoir qu'en se servant de la gauche pour battre la droite afin de suivre une politique moyenne, une politique modérée, de « juste milieu », il avait enhardi et fortifié le parti libéral, coalition de tous les adversaires de la dynastie.
BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 153.
Emploi pronom. réfl. Et pendant ce temps, la situation pourrit, le sang coule, les haines s'exaspèrent, le Trésor se vide, les fascistes se fortifient (MAURIAC, Nouv. Bloc-notes, 1961, p. 100).
b) [L'obj. désigne un phénomène moral individuel ou une disposition collective] Rendre plus ferme, plus stable, plus solide. Synon. affermir, corroborer, confirmer, consolider, renforcer. Rien n'a été épargné pour corrompre notre raison, sous le spécieux prétexte de fortifier les lois et la morale (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 467). Cette habitude que Proust a fortifiée chez tant d'entre nous de se considérer comme le lieu de certaines expériences (DU BOIS, Journal, 1925, p. 240) :
7. ... je veux vous donner une nouvelle preuve de la force de mes sentiments pour vous; l'absence les fortifie, et demain, vous trouverez une lettre qui les exprime parfaitement.
RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, 1796, p. 87.
SYNT. Fortifier une certitude, des croyances, une résolution; fortifier une illusion, une impression, des doutes, des soupçons; fortifier le courage, la vertu, le vice; fortifier l'amour, la haine, une passion, une répugnance; fortifier la foi, les principes; fortifier la paix.
Emploi pronom. réfl. L'idée déjà naturelle au public que l'alcool préservait des maladies infectieuses se fortifia dans l'opinion (CAMUS, Peste, 1948, p. 1282).
Prononc. et Orth. :[], (il) fortifie []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1308 « rendre quelque chose plus fort, plus vigoureux » (Ystoire de li Normant, trad. Aimé, 322 [Bartholomaeis] ds QUEM. DDL t. 2); 1580 « accroître les forces physiques » (MONTAIGNE, Essais, éd. A. Thibaudet, livre I, chap. 25, p. 168 : si elle [la viande] ne nous augmente et fortifie); 1580 « affermir moralement » (ID., op. cit., livre 2, chap. 5, p. 405 : [la conscience] fortifie l'innocent contre la torture); 2. fin XIVe s. « protéger une position » ici pronom. (FROISSART, Chron., éd. S. Luce, I, 177); en partic. ca 1389 « au moyen de fortifications » (Guescl., 16911 ds LITTRÉ). Empr. au lat. fortificare « rendre plus fort ». Fréq. abs. littér. :826. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 659, b) 1 143; XXe s. : a) 940, b) 918.

fortifier [fɔʀtifje] v. tr.
ÉTYM. 1308; bas lat. fortificare, de fortis (→ 1. Fort), et facere « faire ».
1 Rendre fort, vigoureux; donner plus de force à. || L'exercice fortifie le corps. Développer. || L'exercice l'a beaucoup fortifié. || Les mariages consanguins fortifient les forts (→ Affaiblir, cit. 6).Absolt. || Nourriture, régime, remède ( Fortifiant), cure qui fortifie. Conforter, ragaillardir, réconforter, soutenir.Par ext. || Fortifier les organes. Tonifier. || Régime qui fortifie l'estomac, dentifrice qui fortifie les gencives.Pron. (1690). || Il a besoin de se fortifier, de prendre des forces. || Sa santé s'est bien fortifiée.
1 Lorsqu'un médecin vous parle (…) de fortifier le cœur (…)
Molière, le Malade imaginaire, III, 3.
2 (…) il fallait le faire travailler beaucoup et lui donner du bon vin, parce qu'étant faible, il avait besoin de se fortifier.
G. Sand, la Petite Fadette, XXVII.
3 Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie.
Baudelaire, Journaux intimes, Mon cœur mis à nu, LXXXIX.
4 (…) marcher sur les mains pour se fortifier les poignets (…)
Ed. de Goncourt, les Frères Zemganno, IX.
(V. 1560). Compl. n. de chose. Donner de la solidité à. Consolider. || Fortifier un mur. || Pilier qui fortifie une construction. Arc-bouter, étayer, renforcer, soutenir.
2 (1580). Abstrait. || Fortifier son âme, son cœur (cit. 110), sa volonté. Durcir, tremper. || Méditation qui fortifie l'esprit. Élever, exalter. || Exercices qui augmentent (cit. 3) et fortifient la mémoire. || Le temps fortifie l'amitié (cit. 5). Agrandir, augmenter, renforcer. || Les échecs (cit. 10) fortifient les forts. || Son attitude fortifie mes soupçons. Autoriser, confirmer, corroborer. || L'habitude fortifie les penchants (→ Époux, cit. 11).(1580). || Fortifier qqn dans sa résolution. Affermir, encourager.Fortifier le courage, la résolution de quelqu'un. || Fortifier l'autorité, la domination de quelqu'un. Appuyer, consolider, soutenir. || Politique habile qui fortifie le prestige du gouvernement, le régime. Défendre, protéger.Pron. (1651). || Caractère, individu qui se fortifie dans l'épreuve (→ Faire son apprentissage). || Église qui se fortifie dans la persécution.Vieilli. || Se fortifier de quelque chose, grâce à quelque chose, quelqu'un (→ Âme, cit. 62).Au p. p. || Fortifié par nos encouragements, il a repris espoir. || Défaut fortifié par l'habitude. Invétéré.
5 (…) les hérétiques (…) qui ne se déclarent pas contre l'Église afin de pouvoir plus facilement séduire les fidèles et fortifier leur parti (…)
Pascal, Pensées XIII, Appendice VII.
6 (…) grande et solennelle déclaration catholique, signée de trois mille électeurs, fortifiée de l'adhésion de quinze cents personnes distinguées (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., III, VIII.
7 On a dit que les voyages font tort à l'amour, parce qu'ils donnent des distractions; on a dit aussi qu'ils le fortifient, parce qu'ils laissent le temps d'y rêver.
A. de Musset, Contes, « La mouche », III.
8 Loin de le rendre raisonnable, mes discours fortifiaient ce jeune seigneur dans son obstination (…)
France, la Rôtisserie de la reine Pédauque, in Œ., t. VIII, p. 203.
9 (…) j'ai assez étudié les moralistes grecs et latins, dont les maximes ont fortifié mon âme dans les vicissitudes de ma vie (…)
France, la Rôtisserie de la reine Pédauque, in Œ., t. VIII, p. 39.
10 On dit parfois que la misère est bonne aux grandes âmes. Il paraît qu'elle les fortifie.
André Suarès, Trois hommes, « Dostoïevski », I.
11 Je dirai quels efforts il faudra, en effet, à Bonaparte pour que, de jour en jour, la confiance hésitante s'affermisse, se fortifie, s'enfle, monte jusqu'à porter au suprême pouvoir le grand pacificateur (…)
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, De Brumaire à Marengo, I.
12 J'ai passé toute ma vie à accomplir des sacrifices dont le souvenir m'empoisonnait, nourrissait, engraissait ces sortes de rancunes que le temps fortifie.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I.
13 Mon premier entretien avec lui, ce soir-là, près de la table de Gustave Geffroy, fortifia l'impression que, avant de le connaître, j'avais eu en l'apercevant au café (…)
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 214.
3 Munir d'ouvrages de défense. Armer; fortification. || Fortifier une ville, une place, une position en l'entourant de fortifications, de terrassements. Ceinturer, embastiller, enceindre. || Vauban fortifia les places anciennes et en bâtit (cit. 15) de nouvelles.Pron. (Fin XIVe). Se mettre à l'abri derrière des fortifications. || Se fortifier dans un poste. Barricader (se), cantonner (se), retrancher (se).
14 Le roi de Suède, dans le commencement du siège (de Stralsund), disait qu'il ne comprenait pas comment une place bien fortifiée, et munie d'une garnison suffisante, pouvait être prise.
Voltaire, Hist. de Charles XII, VIII.
15 Faut-il apprécier maintenant ce que coûtent à la France les erreurs de M. de Vauban ? On trouve, dans ses panégyristes, qu'il a fortifié trois cents places; et ce nombre, qui d'abord paraît exagéré, cesse d'étonner quand on se rappelle que c'est lui qui a construit ou réparé presque toutes les forteresses qui bordent nos frontières (…)
Laclos, Sur l'éloge de Vauban, Œ., p. 577.
——————
fortifié, ée p. p. (→ ci-dessus, notamment cit. 14) et adj.
Muni de fortifications. || Place fortifiée. || Ville fortifiée (opposé à ville ouverte). 3. Fort, III.
CONTR. Affaiblir, anémier, débiliter; dépérir, étioler (s'). — Amollir, miner. — Démanteler, désarmer, raser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fortifier — Fortifier. v. act. Rendre fort. Fortifier un camp. les ennemis se sont fortifiez dans ce poste. Fortifier une place. fortifier une ville, un chasteau. Il sign. aussi Donner plus de force; Et il se dit de tout ce qui en donne, soit pour le corps,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • fortifier — Fortifier, Confirmare, Corroborare, Munire, Emunire, Firmare, Fortificare, Vallare. Fortifier et remparer les murailles, Muros firmare, On leur a donné la charge de fortifier la ville, His datum negotium est vt muros turresque firmarent, Liu. lib …   Thresor de la langue françoyse

  • Fortifier — For ti*fi er, n. One who, or that which, fortifies, strengthens, supports, or upholds. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • FORTIFIER — v. a. Rendre fort, donner plus de force. Cet exercice est propre à fortifier le corps. Le bon vin fortifie l estomac.   Il se dit souvent au sens moral. Ces méditations fortifient l esprit. Fortifier le courage. Se fortifier l âme. Fortifier son… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • fortifier — (for ti fi é), je fortifiais, nous fortifiions, vous fortifiiez ; que je fortifie, que nous fortifiions, que vous fortifiiez, v. a. 1°   Rendre fort, donner des forces. Cet exercice est propre à fortifier le corps. Le bon vin fortifie l estomac.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FORTIFIER — v. tr. Rendre fort, plus fort, robuste, plus robuste. L’exercice fortifie le corps. Cet enfant se fortifie tous les jours. Fig., Fortifier le courage. Fortifier son âme, son coeur. Le temps fortifie l’amitié. Cela fortifiait les soupçons.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • fortifier — vt. fortifyî (Albanais.001), refâre <refaire (la santé)> (Saxel.002), rbalyî d feûrse <redonner des forces> (001), fére rprêdre d feûrse <faire reprendre des forces> (001). A1) se fortifier, devenir plus fort : ramassâ de la… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • fortifier — fortify ► VERB (fortifies, fortified) 1) provide with defensive works as protection against attack. 2) invigorate or encourage. 3) add spirits to (wine) to make port, sherry, etc. 4) increase the nutritive value of (food) by adding vitamins.… …   English terms dictionary

  • fortifier — noun see fortify …   New Collegiate Dictionary

  • fortifier — See fortifiable. * * * …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.